Great Lakes Course 2015

The Great Lakes: Elections, institutional reform, deep history, by Jason Stearns

The Great Lakes region remains tumultuous and crisis-prone, although the dynamics of conflict and instability seem to be slowly shifting from the battlefield to the electoral arena. The buzz of impending elections has gripped Burundi, Rwanda, and the Democratic Republic of the Congo (DRC), even though it is only Burundi that will head to the polls this year. The stakes are high, as all three incumbents face term limits—President Kabila will have to stand down in 2016, President Kagame in 2017 and President Nkurunziza later this year—depending on the interpretation of the law. Many suspect they will try to change or reinterpret their constitutions to remain in power. These pressing political battles will be a focus of this year's course. However, in keeping with RVI philosophy, we will also explore the gamut of social, economic, political and security trends in the region, drawing on deep history and local knowledge to inform debate and discussion.

The Great Lakes Course, taking place near Naivasha, Kenya from 27 June to 3 July 2015, will place special emphasis on the Congo, which is undergoing several critical power shifts. The regional tensions that fueled much of the violence in the East are abating, with the demise of the Rwandan-backed M23 rebellion in 2013, and the decline in the Rwandan FDLR rebellion from 6,500 to 1,500 troops in the past five years. At the same time, the UN peacekeeping mission has shifted almost entirely to the East and is contemplating a slow withdrawal, despite ongoing activity of dozens of small-scale rebel groups. Finally, the Kabila succession battle has begun in earnest, as could be seen in the violently suppressed protests over a controversial electoral law in January. This struggle is probably the greatest threat to stability in the Congo. Many around Kabila are reluctant to cede power, and yet the government is increasingly under pressure, in particular by members of the ruling coalition, but also by civil society groups—including the Catholic Church—the international community, and opposition parties. Jean Omasombo (Royal Museum for Central Africa and University of Kinshasa) will provide insights into the historical background of these power struggles, and Koen Vlassenroot (University of Ghent) and Judith Verweijen (Nordic Africa Institute) will explore what these dynamics mean for security in the eastern DRC. Emily Paddon (University of Oxford) and myself will discuss the implications for United Nations and donor policy.

These discussions invariably lead to debates over institutional reform, a challenge that continues to bedevil foreign donors. Michael Kavanagh (Bloomberg), will enrich this conversation through an analysis of the Congolese political economy, with a particular focus on controversial deals in the mining sector. Emmanuel de Mérode (Virunga National Park) will illuminate one of the few successful institutional reform initiatives—the Virunga National Park service—and will outline the challenges posed by armed group activity in Africa's oldest national park.

We then turn eastwards to Rwanda and Burundi. Aidan Russell (The Graduate Institute, Geneva) will provide a rigorous historical grounding for the discussion of contemporary events, tracing the roots of current trends in governance and conflict back to the pre-colonial period. Discussions on contemporary Burundi will focus on the electoral process, which has provoked a succession of controversies. Over the past year, the CNDD-FDD government has locked up prominent civil society activists, tried to exclude opposition parties from the electoral process, and brutally responded to armed incursions from rebels based in the neighboring Congo. While the ruling party is all but certain to win the presidential elections, President Nkurunziza would have to creatively interpret the constitution to circumvent his mandated term limits. Repeated shuffles of the security services and a surge in donor pressure and civil society activism suggest that elections will be more contested than the ruling party's current popularity indicates.Willy Nindorera (Burundian political analyst) will lead several sessions on these topics.

On the surface, Rwanda projects optimism and stability. Economic growth continues apace, foreign criticism of the government has abated since the demise of the M23 rebellion in the Congo, and the ruling RPF party appears to have total dominance over the political scene. Beneath this veneer, however, lie complex political dynamics. The RPF has been unable to prepare a leader to succeed President Kagame, who will have to step down in 2017 or change the constitution. Few of the top military officers who seized power in 1994 have escaped arrest, exile, or assassination, although the opposition—which is disorganized and exists almost entirely in exile—has not been able to capitalize on this.Scott Straus (University of Wisconsin) will discuss the 1994 genocide and political and social developments in the country since then. These sessions will focus on the country's troubled history of identity politics, Rwanda's political model, the challenges of reconciliation, as well as Rwanda's role in the region.

We look forward to a vibrant and intense week of learning, debate and discussion. We very much hope you will join us.
 

Scope of the course

The Great Lakes Course covered the Democratic Republic of the Congo (DRC), Rwanda and Burundi. The state and its institutions were cross-cutting themes this year. In the DRC, the Course looked into the debates around the electoral process and the ongoing violence in the Kivus. For Burundi, the shrinking political space ahead of the 2015 elections and its impact on democratic processes were examined. For Rwanda, the course focused on the renewed stifling of opposition voices and the role of the state in a post-genocide context. The course was in English and French with simultaneous translation.
 

Highlights of the syllabus

DAY 1:  History, power and politics in the Great Lakes.
DAY 2:  Crisis in the Congo.
DAY 3:  Burundi: Turmoil and stability.
DAY 4:  Rwanda: Development and democracy.
DAY 5:  Survival and enrichment in the Congo.
DAY 6:  International interventions in the Great Lakes.

DOWNLOAD FULL SYLLABUS
 

Core teaching staff

Jason Stearns  Director of Studies
Director, Congo Research Group, New York University

Emily Paddon PhD  Deputy Director of Studies
Research Fellow, International Relations, University of Oxford

Judith Verweijen PhD  Deputy Director of Studies
Senior Researcher, The Nordic Africa Institute

Willy Nindorera
Independent Political Analyst, Bujumbura

Assumpta Mugiraneza
Director, IRIBA Centre

Michael Kavanagh
Bloomberg News

Koen Vlassenroot PhD
Professor and Director, Conflict Research Group, Ghent University

Aidan Russell PhD
Assistant Professor, International History, Graduate Institute, Geneva

Emmanuel de Mérode PhD
Director, Virunga National Park

Scott Straus PhD
Professor of Political Science and International Studies, University of Wisconsin-Madison

-----------------------------------------------------------------------------

Les Grands Lacs : élections, réforme institutionnelle, histoire profonde, par Jason Stearns

La région des Grands Lacs connait une longue et tumultueuse période de crise, ainsi que des dynamiques de conflit et une instabilité qui semblent être lentement passées d'un champ de bataille à une arène électorale. Les obstacles aux élections ont atteint le Burundi, le Rwanda et la République démocratique du Congo, et ce même si seul le Burundi tiendra ses bureaux de vote cette année. Les enjeux sont de taille, car les trois pays arrivent au terme des mandats présidentiels—le Président Kabila devra faire face aux élections en 2016, le Président Kagame en 2017, et le Président Nkurunziza plus tard cette année—en fonction de l'interprétation de la loi. En effet, beaucoup suspectent qu'ils tenteront de modifier la Constitution pour se maintenir au pouvoir. Ces batailles politiques seront au cœur de notre stage cette année. Afin de rester dans notre philosophie, nous explorerons aussi un éventail de tendances sociales, économiques, politiques et sécuritaires dans la région pour dresser un panel de son Histoire longue et complexe, en incorporant le savoir local dans les débats et les discussions.

Le stage d'études sur les Grands Lacs, qui aura lieu à Naivasha, au Kenya, du 27 juin au 3 juillet 2015, porte une attention toute particulière au Congo, qui fait actuellement face à une crise sévère de transfert de pouvoirs. Les tensions régionales en cause dans la plupart des violences dans l'est s'apaisent, en partie avec la disparition du M23 soutenu par le Rwanda en 2013, et le déclin de la rébellion du FDLR qui est passé de 6 500 à 1 500 troupes ces cinq dernières années. En même temps, la mission de paix des Nations Unies s'est déplacée à l'est et observe un lent retrait, malgré les activités d'une douzaine de groupes rebelles de petite envergure toujours actifs. Enfin, la bataille pour la succession au pouvoir de Kabila a véritablement commencé, comme l'a montré la violente répression des manifestations concernant les élections controversées en janvier.

Ces difficultés sont probablement la plus grande menace à la stabilité du Congo. Beaucoup autour de Kabila sont réticents à céder le pouvoir, et jusqu'à maintenant, le gouvernement est toujours sous une pression grandissante de la part des membres de la coalition au pouvoir principalement, mais également par des membres de la société civile comme l'Eglise catholique, la communauté internationale et les partis d'opposition. Jean Omasombo (Musée royal de l'Afrique centrale et l'Université de Kinshasa) reviendra sur l'historicité de ces difficultés de pouvoirs. Koen Vlassenroot (Université de Gand) et Judith Verweijen (Nordic Africa Institute) exploreront les significations de ces dynamiques pour la sécurité dans l'est de la RDC. Emily Paddon (Université d'Oxford) et moi-même discuterons l'implication des Nations-Unies et la politique menée par les bailleurs de fonds.

Ces discussions conduiront invariablement à mener des débats sur la réforme institutionnelle, un enjeu qui continue de poser problème aux donneurs extérieurs.Michael Kavanagh (Bloomberg) enrichira cette conversation en nous livrant son analyse de la politique économique du Congo, avec une attention toute particulière portée sur les accords controversés du secteur minier. Emmanuel de Mérode (Parc National de Virunga) nous parlera de l'une des quelques initiatives de réformes réussies—le service des rangers du Parc National de Virunga—et soulignera les enjeux liés aux activités des groupes armés dans le plus vieux parc national d'Afrique.

Nous nous tournerons ensuite vers le Rwanda et le Burundi. Aidan Russell (The Graduate Institute de Genève) nous procurera des bases de savoirs socio-historiques nécessaires à la compréhension des évènements contemporains, en revenant sur les fondements des tendances actuelles dans la gouvernance des conflits au cours de la période précoloniale. Les discussions sur le Burundi contemporain se focaliseront sur le processus électoral qui a provoqué de nombreuses controverses. Au cours de l'année dernière, le gouvernement CNDD-FDD a emprisonné de nombreux activistes. Il a également tenté d'exclure les partis d'opposition du processus électoral et a violemment réprimé les incursions armées des rebelles basés au Congo voisin.

Alors que le parti au pouvoir est pratiquement certain de remporter les élections, le Président Nkurunziza devrait réinterpréter la Constitution pour pouvoir briguer un troisième mandat. Les lenteurs répétées des services de sécurité et l'augmentation de la pression des bailleurs et des activistes laissent penser que ces élections seront plus controversées que ce que la popularité du parti au pouvoir laisse indiquer. Willy Nindorera (analyste politique du Burundi) animera plusieurs séances sur ses sujets.

En surface, le Rwanda projette optimisme et stabilité. La croissance économique est rapide, les critiques internationales qu'a longtemps essuyé le gouvernement se sont apaisées depuis le retrait des rebelles du M23 au Congo, et le parti du RPF semble dominer complètement la scène politique. Sous ces revêtements se trouvent des dynamiques politiques complexes. Le RPF a été incapable de préparer un leader pour succéder au président Kagame, qui devra pourtant se retirer en 2017 ou modifier la Constitution. Quelques officiers militaires qui avaient pris le pouvoir en 1994 ont échappé aux arrêts, aux exils ou aux assassinats. De même, l'opposition—bien que fortement désorganisée et majoritairement exilée—n'a pas su tirer profit de la situation. Scott Strauss (Université du Wisconsin) parlera du génocide de 1994 et du développement politique et social dans le pays depuis lors. Ces sessions se concentreront sur l'histoire des identités politiques et ses conséquences, le modèle politique du Rwanda, les enjeux de réconciliation, ainsi que le rôle du Rwanda dans la région.

Nous espérons que cette semaine sera l'occasion d'intenses débats, de discussions vibrantes, mais également d'une importante et riche transmission des savoirs. Nous espérons que vous nous y rejoindrez nombreux.
 

Envergure du stage

Le stage sur les Grands Lacs couvre la République démocratique du Congo (RDC), le Rwanda et le Burundi. Cette année, l’État et ses institutions seront des thèmes transversaux. En RDC, le stage analysera les débats autour du procès électoral et la violence incessante dans les Kivus. Pour le Burundi, la diminution de l’espace politique avant les élections en juin 2015 et son impact sur le processus démocratique seront examinés. Pour le Rwanda, le stage se focalisera sur l'étouffement des voix de l'opposition et le rôle de l'État dans un contexte post- génocide. Le stage est enseigné en français et anglais, en traduction simultanée.
 

Points forts du programme d’études

1er JOUR :  Histoire, pouvoirs et affaires politiques dans la région des Grands Lacs. 
2e JOUR :  Les crises au Congo.
3e JOUR :  Burundi: Bouleversements et stabilité.
4e JOUR :  Rwanda : Développement et démocratie.
5e JOUR :  Survivre et s'enrichir au Congo. 
6e JOUR :  Les interventions internationales dans la région des Grands Lacs.

TÉlÉCHARGER PROGRAMME COMPLET
 

Équipe enseignante principale

Jason Stearns  Directeur d’études
Directeur, Congo Research Group, Université de New York

Emily Paddon PhD  Directrice d’études adjointes
Chercheuse, Relations Internationales, Université d'Oxford

Judith Verweijen  Directrice d’études adjointes
Chercheuse principale, Nordic Africa Institute

Assumpta Mugiraneza
Directrice, Centre IRIBA

Willy Nindorera
Analyste politique indépendant

Michael Kavanagh
Bloomberg News

Koen Vlassenroot PhD
Professeur et Directeur, Conflict Research Group, Université de Gand

Aidan Russell PhD
Professeur adjoint, Histoire international, Graduate Institute, Genève

Emmanuel de Mérode PhD
Directeur, Parc National des Virunga

Scott Straus PhD
Professeur en sciences politiques et relations internationales, Université de Wisconsin-Madison