Une instabilité stable: Ententes politiques et groupes armés au Congo
Une instabilité stable

Après plus de deux décennies de conflit violent permanent, les groupes armés—quel que soit le caractère plus ou moins fugace de leur existence—sont devenus une caractéristique incontournable de l’ordre socio-politique au Congo oriental. Ils n’y sont pas une aberration provi- soire dans ce qui est, par ailleurs, une société normale. Ils sont au cœur des mécanismes par lesquels le pouvoir est exercé et ressenti. Plus encore, les groupes armés ne se placent pas en dehors de la société ou de l’appareil d’Etat. Ils sont profondément intégrés dans des réseaux sociaux qui regroupent des acteurs étatiques et non étatiques, à des niveaux allant du très local au national et parfois sous régional (région des Grands Lacs) et international.

Ce rapport analyse la stabilité, l’inclusion et la violence au niveau de l’entente politique du Congo dans son ensemble et au niveau des ententes politiques dans l’Est du pays, toujours en proie au conflit. Il montre que dans chacune de ces arènes politiques, les groupes armés et la violence jouent un rôle différent, et examine comment ces arènes s’influencent mutuellement. L’importance relative des groupes armés en tant que ressources ou menaces pour le pouvoir du réseau présidentiel clientéliste détermine ses politiques pour l’Est, notamment les initiatives prises pour lancer des opérations militaires ou des négociations. Ces politiques influencent le rôle que ces groupes armés jouent localement. Ce rôle, à son tour, détermine dans quelle mesure et comment les hommes politiques de stature nationale considèrent les groupes armés ; par exemple, s’ils soutiennent leur mobilisation ou leur démobilisation.