Recyclage de rebelles ? La démobilisation au Congo

Pendant la Seconde Guerre du Congo (1998–2003), le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et la société civile congolaise ont tenté, avec le soutien de partenaires internationaux, de venir à bout des cycles consécutifs de mobilisation armée. Parmi les différents efforts de paix, l’une des stratégies clés a toujours été celle du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration (DDR) des combattants. Ce briefing a pour objectif d’analyser les raisons de l’échec des précédents processus de DDR, de dresser un état des lieux et d’identifier les perspectives de la démobilisation. Il examine l’impact de la CONADER et le potentiel du Plan DDR III, en mettant plus précisément l’accent sur le rôle des combattants, des commandants et des politiciens. En particulier, ce document d’information présente les mesures destinées à inciter les groupes armés à se rallier aux programmes de démobilisation, dans un contexte marqué par une forte insécurité et une grande méfiance, ainsi que le rapport entre la démobilisation et la remobilisation. Il préconise l’adoption d’une approche holistique en matière de DDR, pour en faire une composante des efforts destinés à la transformation sociale et à la réforme du secteur de la sécurité—d’où des doutes concernant sa faisabilité dans le contexte congolais actuel, caractérisé par l’insécurité et la compétition politique.